Archive pour la catégorie 'Brèves'

Tiens, vous ici ?

29 septembre, 2008

 

anthropocentrisme.jpg

 

 

 

 

 

 

    Voilà que je renoue avec mon ancien site. Envie d’écrire ? ce soir oui certainement. D’être lu? quel importance. Les quelques mots qui glisserons ce soir ne serons ni empruns de grandes leçons, ni d’un comique grandiose, ni d’un drame absolu. Vous connaissez ces jours où l’on regarde par la fenêtre pour n’y voir que la répétition ? ah, vous aussi ? Le temps nous apprend pourtant à aimer cette sensation de répétition, cette impression de déjà vue, ce vide temporel.

    Pourquoi es-ce que certain matin on se léve avec la désagréable sensation qu’on ne veux plus de cette boucle ? qu’es-ce qui change par rapport au autre ou on l’accepte ? un peu plus de fatigue, un peu moins de tendresse, un thé dégueulasse ? notre vie est basique. Au final on bouffe, baisse, aime, chie, bosse et apprend. Tous ça dans un shaker qui y donne tous le piment c’est vrai mais notre vie est simple. Certains vont aimer ce mélange et trouver le cocktail divin tandis que d’autre demanderons pourquoi on à mis du poulet dans un tit punch.

    Alors es-ce que la lassitude vient des questions qu’on se pose ? possible. peu être qu’il faut parfois oublier ses questions afin de savourer une vie simple. Le questionnement qu’il soit sur des questions existancielle (genre es-ce que walker passe ce soir ?) ou d’un fait bien plus basique impose une avancée. ne se pose-t-on pas des questions pour y répondre et donc avancé ? alors se poser trop de questions et faire du sur place nous rendrait las.

    Voilà pourquoi dieu créa les drogues diverses, les jeux vidéos et l’amour. Le dernier car en un phénomène il pose plus de question dans la vie d’un grand philosophe que la recherche de sa vérité. Les jeux vidéos parce qu’on oublie notre vie pour se poser les questions qu’un autre à prévu pour nous. Les drogues ben ….parce que quoi… pfff. Et pourtant chaque jour n’est-il pas un don d’unicité ? Toutes les joies et les peines que l’on trouve ne font t’elle pas avancée ?

    Une phrase d’un film de midinette disait « l’important ce n’est pas de gagner ou de perdre, c’est la manière de jouer ». La vie c’est un peu ça. Peu importe que vous ayez répondu à toute vos questions quand la faucheuse arrivera. Peu importe que vous soyez un mec bien ou la pire des raclures. Ce qui importe au final c’est le chemin qu’on parcours chaque jours. C’est les leçons qui nous font arriver un peu plus loin. Je vous rassurent de suite aucun de nous n’arrivera au niveau bonus de ce jeu de la vie. Il n’y a pas de sauvegarde et on rate souvent les points de passage. Mais tous les jours et chacun dans notre quotidiens on apprend un peu plus ce que ça implique d’être Humain.

    Je sens que je vais relire ce texte demain matin et le supprimer parce qu’il ne voudra plus rien dire. Car demain je serais différent.

 


Calos, marchand de nostalgie

 

 

 

 

 

 

symbolechinois3.gif

L’honneur et le reste aussi

3 avril, 2008

1maingothique.jpg

Il y a de cela quelques année j’avais tenter d’imaginer ce que serait le chevalier idéal. Bien sur je pensait au sens romantique du chevalier qu’on voit dans les livres lu au coin du feu et pas à l’homme de guerre brutal et borné que j’ai apprit à connaitre durant mes études. Mais il en était ressortie une chose qui me fait encore sourire aujourd’hui. J’avais défini sept valeurs fondatrices de l’honneur du chevalier: La protection, l’abnégation, le courage, la foi, la parole, la force et la mort.

La protection vient du fait que je n’imagine pas un chevalier sans rien à protégé. Il n’existe et ne survit que dans le but de protégé une personne ou un idéal sinon il na survivrait pas au combat que lui impose sa vie. Cela s’intègre dans la vision romantique par le respect du à la dame de son coeur mais au final c’est le monde entier qu’il voudrait protégé pour elle.

L’abnégation est lié au fait que pour suivre la voie de l’honneur pur il ne faut plus avoir aucuns objectif personnel. Plus aucune envie de dépassé les autres sur un domaine ou un autre. Cette valeur est intimement lié à celle de la protection car on ne peut pas prendre soin de quelques chose ou de quelqu’un si on ne s’y livre pas pleinement. Elle est aussi fortement lier à la valeur de la mort que je décrirait plus loin.

Le courage car la voie que suis cet homme sera semé de trouble et là ou d’autre courberais le dos en s’avouant vaincu quelqu’un qui protége ne peu baisser les bras. Ce n’est pas le courage tel que notre société l’entend mais plutôt la faculté à rester debout quoi qu’il advienne. Le courage ne veut pas dire dans cette perspective que l’on a pas peur mais qu’on l’affronte pour la cause que l’on défend.

La foi qui est aussi lié à la protection. Il faut avoir la conviction que ce que l’on fait est juste et que l’on fera avancé les choses par les actions entreprises dans ce sens pour se livrer totalement à une idée, un principe ou une personne. C’est l’essence même du chevalier qu’est la foi car au fond de lui même elle est l’idéal vers lequel il veut tendre à chaque instant.

La parole c’est la volonté de ne pas mentir. Cela parait très romantique exposé comme cela j’en suis conscient mais dans le fond il est illogique qui confie sa vie à un idéal, qui peu éventuellement être personnifié, ne tienne pas compte du crédit qu’on puisse lui accorder. Si il veut que l’on entende son message il doit être proche de l’image que se fait son interlocuteur de la pureté. Le mensonge lui est interdit dans la mesure ou cela ne contrarie pas les autres éléments de son intégrité.

La force est l’élément le plus tangible des sept règles. Il semble que pour accomplir un objectif il faut s’en donner les moyens et il semblerait que quelqu’un qui se dit née pour protégé ne puisse pas passer à coter d’une maitrise de son corps ainsi que de celui de ces adversaire. Cette force brute n’est pas le centre de ma vision de la chevalerie pour une raison simple: un guerrier n’est pas un chevalier grâce à sa force mais grâce à son mental.

La mort est une finalité de sa quête quel qu’elle soit. Alors il doit y être préparer et ne pas la craindre. L’homme qui ne craint pas la mort est invincible disent les japonais et en effet celui qui est déjà mort n’a plus rien à perdre. Avec l’abnégation et sa renonciation à ses but individuel il lui faut aussi accepter l’idée de la mort.

 

Pourquoi parler de cela alors que ces règles ont été penser pour un roman que je n’écrirait pas et pour un temps qui n’existe plus ? Bien parce que en me lançant dans un jeu de rôles nommé L5A, dont j’ai déjà brièvement parler, j’ai retrouver sept règles définissant la noblesse d’un samouraï. Cela fait quelques année maintenant mais je ne peu que m’amuser de cette correspondance entre deux monde très opposé (je ne connaissait strictement rien des pays asiatique lors de cette réflexion). Les règles sont différentes mais certaines finalité reste les mêmes. La protection est au centre des devoirs d’un samouraï. Alors je me pose toujours la question de savoir si nous subissons totalement la morale qui nous est inculqué dans notre civilisation ou si elle est modifié par notre vécu et notre sensibilité.

Maintenant que de nombreuses année sont passer je voit que les chevaliers était juste des guerriers tout comme les samouraï. Rafiné et instruit peu être. Mais la naissance n’apporte pas l’honneur c’est la vie qu’on choisit de vivre qui nous l’instruit. Chaque homme ou femme à sa vision différente de ce qu’est l’honneur, de ce qu’il apporte au niveau personnel et ce même sans le savoir. Pourtant peu d’entre nous sont capable de tous délaisser pour un but estimer comme supérieur.

chevaliers6.jpg

Et si …

2 avril, 2008

Rappelez vous le souvenir du dernier « et si ». Et si on était pas si con ? Et si la voisine d’à coter me regardait? (sans doute des restes du club dorothé) Et si je savais où je vais ? Et si j’avais le temps de faire ce que je veut ? Et si j’arrêtais de me prendre la tête avec la personne avec qui je vis ? Et si les boulangerie fermaient plus tard ? Et si on pouvait achetez ce qu’on veut quand on veut ? Et si les ananas qu’on achètent au super marcher était bon ? Et si on pouvait avoir un chat et un chien, un enfant et continuer à faire la fête ? Et si on arrêtais de se poser milles question ? Et si il n’y avait pas la mort ? Et si je tombait amoureux de ma boulangère qui à un chien et continue de faire la fête ? Et si je matait le dernier épisode de ma série préféré avant de me mettre au boulot ? Et si j’arrêtais de bosser ? Et si je vivait pas procuration en donnant du vieux pain sur mon balcon (je suis amoureux d’une boulangère ça aide) pour tirer les moineaux et les pigeons ?

Pourquoi es-ce qu’on se prend la tête comme ça ? tous le temps … pour le présent, le passé ou le futur. Et si j’avais mis l’autre pantalon ? Et si j’avais pas rencontrer mes amis ? Et si je croisait l’amour à la sortie de la charcuterie ? On est fatiguant à s’interroger en permanence et même en le sachant on ne peu pas s’en empêcher. On vénère des Héros qui vivent sans se poser de question. Tous ces hommes qui suivent un code qui n’ai pas le notre. Pensez vous que Indiana Jones (pardon henri jones junior) se pose des questions avant de se taper la playmate du mois de juillet de savoir si demain elle portera des souliers marron qui n’irons pas avec son chapeaux ? d’une lui non mais je suis sur qu’elle oui et de deux même si c’est le cas on ne veut pas le savoir c’est un héros il doit sauter entre les balles, insulter le méchant et romancer avec les sexy girls du film. C’est aussi parce qu’il n’a pas à se poser la question de ce qu’il mangera demain midi qu’on l’aime de manière inconditionnelle et irrationnelle. Ne serait-ce pas ces personnes qui serait nos nouveaux modèles à atteindre lorsque l’âge d’homme se profile ? peu être ou peu être pas. On rêve peu être simplement de dépasser celui qu’on est et de devenir l’être parfait sans peur, colère, haine, vengeance, amour, excès, pardon que l’on voit dans ces hommes et ces femmes qui joue de l’instinct pur dans notre petit ou grand écrans.

Enfin voilà déjà trop de réflexion pour une journée de reprise … et cela alors qu’une image aurait suffit à résumer la situation.

 

minihumour094.jpg

Bonjour et bienvenue chez Calos

29 février, 2008

79328usericon1.jpg

 

Voilà le début de ce site que je pressent un peu foulli, plein d’anecdotes, d’humour douteux et de chaleur. Espérons qu’il transporte avec lui un peu de mon monde pour vous y faire entrer, même si j’en ai peur ce sera par la petite porte. Cependant il semble que ce blog ne sera que le reflet de mes errances nocturnes dans les semaines à venir avant que je puisse y consacrer l’attention que s’en conteste il mérite puisque je l’aime déjà… d’ailleurs vous qui l’aimer aussi vous m’en donner combien dite ?

Calos marchand de bonne humeur